création

Visite d'exposition : Francisco Sepúlveda

Francisco Sepúlveda est un artiste chilien qui réside à Lyon depuis 2 ans. Il a déjà exposé et va exposer dans différentes galeries lyonnaises et à l'occasion de manifestations culturelles — Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-Américain, entre autres —. C'est un "ogre joyeux"(1) dont l'œuvre multiforme — depuis les empreintes de plaques d'égout jusqu'aux grandes toiles aux couleurs éclatantes, en passant par les gravures et les sculptures — crée un univers magique.

Erase una vez (Juan Goytisolo)

Ce poème de Juan Goytisolo est un classique en classe d'espagnol. La situation proposée ici est une proposition pour enclencher l'imaginaire des contes pour enfants et rentrer dans la logique "à l'envers" du poète. Associé à un autre document sur la métamorphose de la sorcière traditionnelle en sorcière moderne, il peut donner lieu à un travail intéressant de création et de recréation pour les élèves débutants, avec utilisation de l'imparfait de l'indicatif

Calligrammes

Pourquoi travailler sur des calligrammes ? Sans doute parce que c'est une occasion de s'offrir un double plaisir, celui de la poésie et de la forme plastique que l'on donne au texte poétique. Au-delà du côté ludique que l'on peut mettre en avant, c'est aussi un travail sur un genre poétique fort ancien et sérieux qui nous a intéressées et aussi la question de la lecture qui est posée par ce type d'écriture.
C'est donc à la fois sur la réception et la production que cet atelier invite, en classe de LE.

Lire-dire-écrire les langues étrangères

Pour un enseignant d'Espagnol, la moindre manifestation culturelle hispanique est une véritable aubaine, même si à l'aube de 92, cela devient plus fréquent. C'est l'occasion de travailler sur du document authentique et de construire des projets qui débordent les murs de la classe. De plus, cela permet d'élargir le travail en y intégrant des apprentissages, des prises de conscience que seule la démarche qui consiste à aller vers les autres permet de faire.

Comprendre un tableau. Las Meninas de Diego de Velázquez

Les Ménines de Vélasquez… Comment nous “parle” aujourd’hui une telle œuvre? Quelles sont les réactions que des jeunes ou des moins jeunes peuvent éprouver face à ce tableau : admiration, fascination, indifférence ? Comment les dépasser ou en comprendre les raisons ? Comment en “percer le mystère”, non pas pour avoir la “réponse”, mais pour comprendre comment fonctionne ce qu’on a reconnu comme un chef-d’œuvre, et au-delà, apprendre à regarder autrement ?

Pages