conscientisation

Les questions préalables

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 111-115)

Pour permettre d'accéder à la compréhension d'un texte ou de tout autre document, on peut aussi poser des questions… à condition que ce soient des questions préalables, mises à la connaissance des élèves avant même le document à étudier.

Les intrus

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 107-110)

Il faut rassurer les élèves qui craignent de ne pas comprendre un texte, quand ils ne comprennent pas tous les mots. Il est nécessaire aussi de le faire dans les occasions où la rencontre d'une perturbation risque de les décourager. Cette mise en confiance qui permet de dépasser le moment de déstabilisation doit être construite à travers des situations qui permettent de vérifier qu'on peut dépasser l'obstacle.

Le texte "abîmé"

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 103-105)

Il faut avant tout rassurer : ce n'est pas parce qu'on ne comprend pas tout qu'on ne comprend rien ; ce n'est pas parce qu'il nous manque des mots qu'on ne peut pas construire le sens d'un texte. La compréhension des mots est le produit de la compréhension totale. Il s'agit donc de rassurer en proposant des situations où les élèves puissent se rendre compte qu'ils peuvent comprendre beaucoup plus de choses qu'ils ne croient.

Des outils pour la classe et la formation

in GFEN (2001). Repères pour une éducation nouvelle. Enseigner et (se) former. Lyon : Chronique sociale (pp. 137-146)

L'enseignant d'Education nouvelle dispose d'un certain nombre d'"outils". Ils sont autant de moyens auxquels il peut faire appel pour mener à bien son travail, et non pas des fondements d'une démarche pédagogique déterminée. Il s'agit donc moins de techniques que d'objets polyvalents dont on se sert pour faire de multiples choses — atteindre différents objectifs —,d'instruments au service d'une activité intellectuelle.

Le voyage en Espagne. Partir pour découvrir l'étranger… qui est aussi en soi

Tous les ans, dans les premiers jours de la classe surgit la même question : "Est-ce que vous faites un voyage en Espagne, Madame ?" Et moi de répondre, invariablement : "Pourquoi pas ? Si vous voulez qu'on organise ça ensemble...". Et s'en suit toute une discussion où je m'y prends terriblement mal puisque je laisse rapidement entrevoir mes exigences : tout le monde part et ce sont eux qui gèrent le projet, avec moi, bien sûr.

Pages