situation

Les intrus

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 107-110)

Il faut rassurer les élèves qui craignent de ne pas comprendre un texte, quand ils ne comprennent pas tous les mots. Il est nécessaire aussi de le faire dans les occasions où la rencontre d'une perturbation risque de les décourager. Cette mise en confiance qui permet de dépasser le moment de déstabilisation doit être construite à travers des situations qui permettent de vérifier qu'on peut dépasser l'obstacle.

Le texte "abîmé"

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 103-105)

Il faut avant tout rassurer : ce n'est pas parce qu'on ne comprend pas tout qu'on ne comprend rien ; ce n'est pas parce qu'il nous manque des mots qu'on ne peut pas construire le sens d'un texte. La compréhension des mots est le produit de la compréhension totale. Il s'agit donc de rassurer en proposant des situations où les élèves puissent se rendre compte qu'ils peuvent comprendre beaucoup plus de choses qu'ils ne croient.

La bibliothèque/médiathèque de langue

In GFEN (1999). Réussir en langues. Un savoir à construire. Lyon : Chronique sociale (pp. 222-224)

Saisir les occasions

Beaucoup d'établissements disposent d'un fond en langues soit au CDI, soit dans un Club… quand ce n'est pas le cas, on peut le constituer en diversifiant au maximum les documents…

Mais les élèves rechignent à lire des livres ou à consulter des documents en langue étrangère, même quand il s'agit de films vidéo. Il faut trouver une situation qui les incite à commencer pour pouvoir aller plus loin.

Biografía (Gabriel Celaya)

Ce court poème de Gabriel Celaya est bien présent dans les manuels d'espagnol. Trop souvent utilisé pour les formes verbales qu'il contient, il devient prétexte à une leçon de grammaire ou à des réemplois de l'impératif et du subjonctif. Il présente un intérêt important de mise en cohérence entre forme et contenu que l'on peut mettre en évidence dans un travail pour les élèves.

Le Réceptionniste ou comment se tissent les fils de l'agir ensemble

Pourquoi avoir choisi de proposer aux Rencontres Nationales sur l'Aide, organisées par le
GFEN, cette démarche plutôt qu'une autre alors que la problématique de l'étayage est
récurrente dans les ateliers que nous élaborons au Secteur Langues ? Certainement parce que
le contenu et la genèse de la démarche me semblent illustrer de façon particulièrement
éclairante les termes dans lesquels nous nous posons cette question.

La BD, un support au service de l'apprentissage d'une langue

Lors d'une intervention en formation de formateurs à Charleroi, ‘Apprendre une langue étrangère par la co-construction des savoirs’, le choix d’un groupe s'était porté sur une planche de la célèbre BD ‘Quick et Flupke’. L'idée était séduisante mais en même temps, les participants à la formation manifestaient quelques craintes : les apprenants en alphabétisation ne risquent-ils pas d'être rebutés par le genre de la BD qui fait partie, pour eux, davantage de l'univers enfantin que du leur ?

Pages