Vocabulaire

Le jeu des 7 erreurs/différences (A1 plus outillé)

Un jeu "classique" utilisé dans la classe de langues. Ici, il s'agit d'une proposition pour revenir sur l'expression de la situation. Mais comment éviter la situation " classique " (énumération des erreurs/différences par un élève différent ou un groupe différent " pas d'écoute parce que pas ou si peu d'enjeu…) pour en faire une occasion d'auto-socio-construction, dans le quotidien de la classe ? Cette mise en situation sera proposée à un moment de l'année où les apprenants de A1 disposent de moyens plus riches).

D'accord(s), pas d'accord(s)

Cette proposition de travail résulte d’une réflexion menée sur l’apport des tâches d’observation
et de conceptualisation dans la consolidation des apprentissages. Nous avons choisi de travailler
sur « les accords » parce que ce sont des points d’achoppement récurrents dans l’enseignement-apprentissage
d’une langue étrangère, y compris à des stades déjà avancés de l’apprentissage
pour bon nombre d’élèves.

Conscientiser pour mémoriser

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 223-225)

Il y a des classes ou des sections où la quantité de vocabulaire à "ingurgiter" est impressionnante. C'est le cas par exemple des classes préparatoires où les listes de vocabulaire sont monnaie courante ainsi que les interrogations écrites de vocabulaire par thèmes.

Changer le point de vue

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 219-222)

Tout le monde, élèves et enseignants, s'accorde à penser et à dire que pour apprendre le vocabulaire, il faut le manipuler, le remobiliser dans d'autres contextes, dans ses propres phrases… Certains pensent également, comme on le voit dans l'enquête analysée dans la deuxième partie de cet ouvrage, qu'il faut bien se résoudre à répéter et à imiter.

Devine à quel mot je pense ?

In GFEN (2002). (Se) construire un vocabulaire en langues. Lyon : Chronique sociale (pp. 211-213)

On peut comprendre et mémoriser du vocabulaire de différentes façons, y compris par la traduction. Mais c'est encore mieux si on peut l'insérer dans un réseau de sens qui permette de le mobiliser plus rapidement. Ce réseau de sens, on peut le construire dans des activités spécifiques. Mais c'est à chacun de le faire, même si cela passe obligatoirement par l'interaction avec les autres.

Pages